Reportage

Mondial de l'auto, rétrospective photo

Culture

L'édition 2012 a fermé ses portes dimanche dernier, avec une fréquentation de plus de 1 200 000 visiteurs. Il est par conséquent le salon le plus visité au monde.

Par Simon Carton & Florian Jude,

La centaine de véhicules exposée en première mondiale pendant cette quinzaine n'est certainement pas étrangère à la fréquentation record du salon.

  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012
  • Mondial de l'automobile 2012

Les concept-cars restent les véhicules les plus admirés du salon, mais une autre catégorie est en train de monter en puissance en cette période de révolution écologique, c'est bien sur le véhicule électrique.

Même si les ventes restent encore faibles en France, en raison d'un prix élevé à l'achat et d'une absence trop marquée de bornes de recharge dans notre pays, ce ne sont pas moins de 8 000 essais de véhicules électriques hybrides qui ont été effectués pendant cette édition 2012 (soit deux fois plus que en 2010).

La nouvelle petite citadine « Bluecar » de Bolloré a envahie les rues de la capitale il y a un an maintenant, et ce concept de voiture électrique en libre service est un véritable succès avec une rentabilité du projet « Autolib » qui devrait être avancée de 4 ans par rapport aux objectifs de base fixés à 2018.

Avec le succès rencontré à Paris, d'autres villes françaises et européennes pourraient, elles aussi, passer à l'autopartage. Comme c'est le cas de Londres, intéressée par le système des ses début prometteurs.

Photographies : Florian Jude, Simon Carton et Thomas Dubois
comments powered by Disqus