Faut-il continuer d’employer l’expression « ASAP » ?

Style
Par Eric Azara,

« Oui, allô c’est Bernard à l’appareil... Je t’appelle parce que j’ai un call du client à propos du benchmark... Les délais sont vraiment short... Il me faut le dossier ASAP ». Si vous travaillez en entreprise, vous avez probablement rencontré ce mot au détour d’une conversation téléphonique ou dans un e-mail.

D’ailleurs, il ne s’agit nullement d’un mot, mais d’un acronyme. A.S.A.P pour « As Soon As Possible », traduisible par « Le plus rapidement possible ». On pourrait entendre cette phrase sortir de la bouche d’un présentateur de JT américain à la voix suave et au brushing impeccable tel que Walter Cronkite : « We are joining the space shuttle live from the moon, as soon as possible ».

Sauf que votre collègue Bernard n’a sans doute rien d’un Walter Cronkite : il porte des costumes trop larges, des cravates à motifs Dingo et tente de se donner du style en ponctuant ses phrases par des anglicismes. Il convient donc d’éviter de prononcer cette expression, pas seulement pour vous différencier de votre collègue, mais tout simplement parce qu’elle est laide.

Laide, car sa sonorité est sèche, brusque. Elle donne un sentiment d’ordre, de supériorité de la part de celui qui la prononce. Elle est aussi impolie, car l’urgence ne justifie pas tout. Si vous avez un minimum de considération pour votre interlocuteur, vous prendrez le temps de faire des phrases construites et d’utiliser des mots complets.

Sachez parfois relativiser. La terre ne s’arrêtera pas de tourner parce que Bernard n’aura pas eu son dossier « ASAP ».

Illustration : The Daily French, Photo : Charles Kremenak (CC BY 2.0)
comments powered by Disqus